APS change

votre Bureau de change depuis 1992

Offres permanentes sur + de 50 devises




BUREAU DE CHANGE À VIROFLAY


Bureau de change à Viroflay

Découvrir le Bureau de change de Viroflay est une commune française située dans le département des Yvelines en région Île-de-France, à la limite du département des Hauts-de-Seine. Son territoire est sur le canton de Versailles. Avec dix-sept communes de la banlieue ouest, Viroflay appartient à la communauté d'agglomération Versailles Grand Parc. Viroflay est bordée au nord par la forêt de Fausses-Reposes, au sud par la forêt de Meudon. Bien qu'il soit situé près de Paris, le territoire de Viroflay est couvert à près de 40 % de forêts, ce qui en fait l'une des communes les plus boisées de la proche banlieue. Elle occupe une partie de la vallée du ru de Marivel, aujourd'hui entièrement recouvert. Le dénivelé (de 92 à 176 m), important pour la banlieue parisienne, en fait une commune pentue. Les arbres des forêts culminent à plus de 200 m d'altitude.

La commune est limitrophe de Chaville à l'est, de Vélizy-Villacoublay au sud, de Versailles à l'ouest et de Ville-d'Avray au nord. Ville-d'Avray, commune jouxtant Viroflay au nord, n'est accessible que par les sentiers du massif de Fausses-Reposes, ce qui montre l'importance du relief et de la forêt dans la géographie des deux communes. Le plateau de Vélizy-Villacoublay, quant à lui, se rejoint via une route pentue et sinueuse à travers la forêt de Meudon. Sur les quatre communes limitrophes de Viroflay, deux sont donc accessibles uniquement par la forêt, une configuration rare pour une commune si proche de Paris (6,5 km). Viroflay est traversée par la route départementale 10 reliant Paris à Versailles, qui constitue l'artère principale de la ville. C'est une fraction de la Nationale 10 qui va de Paris à l'Espagne, via Poitiers et Bordeaux. Viroflay est l'une des seules communes de France (si l'on excepte Paris ou certaines métropoles) à accueillir trois gares SNCF sur son territoire. L'une de ces gares est appelée « gare de Chaville-Vélizy » bien qu'étant sur le territoire de Viroflay. Le coteau exposé au sud (Fausses-Reposes) est nettement plus ensoleillé que le coteau exposé au nord (forêt de Meudon). À ces deux types d'ensoleillement correspondent deux types de végétation bien distincts. Une impasse de Viroflay (l'avenue du Parc) se trouve dans la commune de Chaville située dans le département des Hauts-de-Seine. Pour se rendre dans leur commune, les habitants de cette impasse doivent impérativement traverser un autre département (les Yvelines).

Fait rare pour une commune de cette taille, trois gares ferroviaires sont situées sur son territoire :

    La gare de Viroflay-Rive-Droite sur la ligne Transilien L, de Paris-Saint-Lazare à Versailles-Rive-Droite, ainsi que le tramway T6 reliant Viroflay-Rive-Droite à Châtillon - Montrouge (Ligne 13 du métro de Paris).

    La gare de Viroflay-Rive-Gauche sur les lignes Paris-Invalides à Versailles-Château-Rive-Gauche (RER C) et de Paris-Montparnasse, à Versailles-Chantiers (Transilien N) ainsi que le tramway T6 reliant Viroflay-Rive-Droite à Châtillon - Montrouge (Ligne 13 du métro de Paris)

    La gare de Chaville-Vélizy sur la ligne RER C, en réalité située sur la commune de Viroflay.

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Offlevi Villa1 et villa Offleni en 11622, Viroflidum, Villaoffleni, Villoflein en 1209, Vil Oflen au XIIIe siècle1, Viroflain en 1295, Vil Offlain en 13511, Viroflé en 1418. Au Moyen Âge, les terres ont appartenu aux moines de l'Hôtel-Dieu de Paris. Érigée en paroisse au XVIe siècle, Viroflay est rachetée en 1695 par la famille royale à la veuve du chancelier Michel Le Tellier, marquis de Louvois, seigneur de Chaville et de Viroflay. Son fils est alors secrétaire d'État à la guerre du roi (un poste qu'il a hérité de son père) : il deviendra chef de l'armée royale après la mort de Turenne. Louis XIV incorpore Viroflay dans le domaine des chasses royales, le Grand Parc. Viroflay est donné au Grand Dauphin, qui possède le château de Meudon. Quelques aristocrates y construisent des résidences proches des forêts riches en gibier. La paroisse restera « royale » jusqu'à la Révolution. La société agroalimentaire « Savencia Fromage & Dairy » (ex Bongrain) a été créée sur la commune en 1956. Son siège social est située au no 42 rue Rieussec, à proximité de la gare de Viroflay-Rive-Gauche. La Villa Offleni autrefois située en lieu et place de la seigneurie qui deviendra plus tard le conservatoire, serait à l'origine du nom de Viroflay. La Villa Offleni était une villa Gallo-Romaine ayant appartenu à un certain Offlenus. A partir du XIIIe siècle, les deux mots ne sont plus séparés dans le nom d'Herbtus de Villoflein, seigneur du Lieu. Sûrement par phonétisme le « L » de Villoflein fut remplacé par un « R » pour former Viroflein, puis Virofle et enfin Viroflay.

Au temps du Domaine Royal

Jusqu'au XIVe siècle, Viroflay est propriété de l'Hôtel Dieu puis successivement cédé en fief à Jehan Lane, écuyer et Jean Bureau, grand Maître de l'Artillerie. Dès le début du XVIe siècle, la famille Aymery achète cette terre qu'elle ne quittera plus jusqu'à la Révolution. Toutefois, elle la partage en 1661 avec Michel Le Tellier, Chancelier de France qui prend le titre de Seigneur de Chaville où ce dernier construit son château (parc Fourchon actuel). A la mort du Chancelier, sa veuve, Elizabeth Turpin, vend son domaine à Louis XIV par acte des 8 et 11 décembre 1695. Viroflay et Chaville font partie du Domaine Royal jusqu'à la Révolution. La proximité de la Cour assure de nombreux emplois. A l'époque révolutionnaire, le 5 octobre 1789, les femmes de Paris, qui réclament du pain, marchent en armes sur Versailles et ramènent le lendemain la famille royale qui passe devant l'Ecu de France. Au XIXe siècle, la paisible existence de Viroflay est troublée par l'occupation des Alliés en 1815, les épidémies de choléra en 1852 et 1859 et l'occupation des Prussiens en 1870-1871.

L’arrivée du chemin de fer relie le village à Paris : En 1839, l'installation d'une première ligne de chemin de fer, direction Paris-Saint-Lazare, sur la Rive droite, transforme le village. Les cultures de céréales et de vignes diminuent au profit de l'élevage et de la culture de légumes. Ces exploitations, ainsi que les blanchisseries de la ville travaillent pour la clientèle parisienne.

Un lieu de villégiature : Attirées par le charme du lieu, de nombreuses personnalités de la politique, de la presse et des arts installent leur maison de campagne à Viroflay, comme le duc de Morny, également propriétaire du très réputé Haras. Au début des années 1900 et surtout après la Première Guerre mondiale, les terres agricoles et les parcs des grandes propriétés sont lotis en une multitude de parcelles (44 lotissements en 50 ans). Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Viroflay subit quelques bombardements et voit passer le 24 août 1944 une partie de la division Leclerc en route pour la libération de Paris. Viroflay évolue, mais toujours entourée de verdure, elle reste une ville à taille humaine qui garde l'essentiel de son charme et de son harmonie. Viroflay n'a ni calisson, ni bêtises, mais elle a son Monstrueux. Une variété d'épinard aux feuilles larges et charnues. Plus scientifiquement nommé le spinaciaoleraceade de la famille des chénopodiacées, l’épinard est résistant aux chaleurs estivales et est un excellent légume d'hiver. Ce légume apparaît au XIIe siècle en Asie septentrionale, avant d’être introduit en France au début de ce même siècle, puis d'être popularisé par Catherine de Médicis à la Renaissance. La spécialité le Monstrueux a été commercialisé pour la première fois à Viroflay en 1880 par la maison Vilmorin. Son nom lui aurait été attribué par Mme Vilmorin, épouse de l'entrepreneur. Il était cultivé sur la Rive droite, le long de la voie royale, au temps où il s'agissait encore de terrains maraîchers couverts de prairies, de pépinières, de vergers et de marais. On retrouve la recette des « Epinards à la Viroflay » dans le célèbre guide Escoffier. Un ouvrage édité au début du XXe siècle qui demeure l’indétrônable livre de chevet des chefs étoilés.

Région           Île-de-France

Département            Yvelines

Arrondissement       Versailles

Canton           Versailles-2

Intercommunalité    Communauté d'agglomération Versailles Grand Parc

Maire

Mandat          Olivier Lebrun

2014-2020

Code postal 78220

Code commune       78686

Démographie

Gentilé           Viroflaysiens

Population

municipale   16 129 hab. (2017 en augmentation de 2,88 % par rapport à 2012)

Densité          4 621 hab./km2

Géographie

Coordonnées            48° 48′ 03″ nord, 2° 10′ 23″ est

Altitude         Min. 92 m

Max. 176 m

Superficie      3,49 km2

La monnaie est une unité d'échange qui vise à faciliter le transfert de biens et services . Cela prend principalement la forme d' argent .

Il est généralement émis par des États ou des groupes d’États (pensez à l’ euro ) principalement par l’intermédiaire de sa propre banque centrale sous un régime de monopole . Dans certains États, il existe plus d'une institution émettrice. Plusieurs pays peuvent utiliser le même nom pour leur devise ( dollar américain , canadien et américain, par exemple ), la même monnaie (euro) ou un État peut déclarer légalement la monnaie d’un autre pays Par exemple, le dollar américain est la monnaie légale du Panama , processus indiqué par la dollarisation ). Chaque devise comporte généralement des multiples et des sous-multiples, généralement des cents.

Le terme monnaie est utilisé plus spécifiquement pour désigner les monnaies étrangères détenues par les citoyens et les institutions d'un État, sous forme d' argent en circulation et d'instruments de crédit . Un exemple typique de cette possession est représenté par les réserves de change détenues par les banques centrales.

Si le Bureau de change est situé dans le pays d'origine , la situation est exactement opposée: pour l'échange avant le voyage, le prix de vente est déterminant (le Bureau de change vend la devise étrangère). Après le voyage , le Bureau de change du pays d’origine rachète les devises apportées au prix d’achat le plus bas . Mais peu importe où se trouve le Bureau de change, le prix d'achat est toujours inférieur au prix de vente. Les bureaux de change tirent profit de cette différence de prix: ils vendent des variétés à un prix supérieur à celui qu'ils ont acheté. En plus de la différence de prix, une commission peut être due - une taxe que le Bureau de change peut percevoir soit en pourcentage de la valeur d'échange, soit sous la forme d'une somme forfaitaire par échange effectué

Un échange de devise est l’ achat et la vente d’une monnaie autre que la sienne pour l’utiliser dans la zone géographique où elle est réglementée et utilisée de la même manière que la sienne. Par exemple, dans le pays de destination, en cas de voyage. Un échange de monnaie , en revanche, n'implique pas un mouvement physique de l'argent. Par exemple, un virement reçu en dollars est saisi sur le compte personnel dans la devise correspondante, en fonction du pays correspondant ( euros , pesos , soles , etc.). Habituellement, chaque pays a établi au moins une monnaie officielle sur son territoire, présentée sous différents moyens de paiement et ayant également cours légal . D'autre part, plusieurs pays peuvent: utiliser la même monnaie (dans le cas de l' euro avec les pays membres de l' Union monétaire européenne ou du Liechtenstein dans l'union monétaire avec la Suisse - avec le franc suisse ); adopter une devise étrangère comme unité monétaire légale: cas du Panama et de l’ Équateur (avec le dollar américain ), du Vatican , de Saint-Marin , de Monaco et d’ Andorre et, de facto , du Kosovo et du Monténégro (avec l'euro). Pour des raisons pratiques, une monnaie a généralement des subdivisions, légales ou traditionnelles: 1/1000 (les millimètres du dinar tunisien), 1/100 (les centimes de l'euro), 1/20, 1/10, 1/8, 1/4 (le quatrième dollar américain ), etc.