APS change

votre Bureau de change depuis 1992

Offres permanentes sur + de 50 devises



INFORMATION COVID-19

En raison de la COVID-19 les horaires d'ouvertures de nos agences risquent d'être perturbés et modifiés.

Merci de nous contacter par téléphone pour toute information afin de bénéficier de nos meilleures offres !


BUREAU DE CHANGE À TRAPPES


Bureau de change à Trappes

Trappes est une commune française située dans le département des Yvelines, en région Île-de-France qui possède son Bureau de change. La commune fait partie de la communauté d'agglomération de Saint-Quentin-en-Yvelines, de la onzième circonscription des Yvelines et constitue également un canton.

La commune est située sur un plateau au sud de Versailles, à 21 km de la Porte d'Auteuil du Boulevard périphérique de Paris et à 28 km du centre de Paris. Elle est limitrophe de Bois-d'Arcy au nord-est, de Montigny-le-Bretonneux à l'est, de Magny-les-Hameaux au sud-est, du Mesnil-Saint-Denis et de Saint-Lambert-des-Bois au sud, de Élancourt à l'ouest et de Plaisir au nord. L'Étang de Saint-Quentin et sa base de loisirs et de plein air et la réserve naturelle au nord. Une partie, 450 ha, de la forêt domaniale de Port-Royal, au sud. La commune est à proximité du parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse (par les communes du Mesnil-Saint-Denis, de Saint-Lambert-des-bois et de Magny-les-Hameaux). Elle compte 925 hectares d’espaces verts publics, soit 298 m2 par habitant. Un ruisseau, le « Maldroit » prend sa source au lieu-dit du Puits à Loup, à la proximité de la porte de Pissaloup. Le Rhodon, affluent de l'Yvette, prend sa source dans le bois de Trappes. La colline de la Revanche, d’origine artificielle, haute de 231 mètres, située partiellement sur le territoire de la commune, est le point culminant du département des Yvelines, mais aussi de l'ensemble de la région Île-de-France.

Le nom de la localité est attesté sous la forme Trapo en tant que Gistum Regis (gîte du roi), la région ayant toujours fait partie du domaine royal ; ensuite on trouve sous les formes Villatrapas en 1004, Villa trapas en 1007, Trappas en 1144, Trapis en 1206, Trapes en 1250, Trapas en 1357, Trappes en 1553, Trappe en 1708, Trapes en 1750, Trappes en 1793.

Le nom est issu de l'ancien français trape au sens de « piège », plus précisément « piège formé d'une fosse creusée dans le sol et recouverte d'une bascule ou de branchages ». Il s'agit d'un type toponymique que l'on retrouve dans les nombreux La Trappe, Latrape, qui fait généralement référence à un piège à loup en bordure de forêt, autrement appelé fosse louvière. Cependant, dans le cas précis de Trappes, il a été également proposé « Trappes (78) est à proximité de l'étang de Saint-Quentin ; ce qui explique son nom : la trappe était une suite de marches par lesquelles on pouvait accéder à l'étang, pour y pêcher. ».

Une étymologie par le « celte trebo, lieu habité, hameau, village » proposée par certains sites internet et par l'érudit local Victor R. Belot ne repose sur aucun argument solide et n'est, de ce fait, jamais envisagée par les toponymistes. En effet, aucune forme ancienne de Trappes, dont le nom n'est d'ailleurs pas attesté avant l'époque médiévale, ne ressemble de près ou de loin au celtique *treb-, c'est-à-dire au gaulois *trebo- : la forme latinisée Trapoe (-oe est une graphie tardive pour -ae, nominatif ou accusatif pluriel en latin) est attestée au vie siècle à l'époque du gallo-roman, or à cette époque le gaulois *trebo- est resté *TRĒBU en gallo-roman et un féminin pluriel *TRĒBAS aurait obligatoirement été latinisé en *Treboe, forme jamais attestée ; même chose pour les formes anciennes suivantes du type Trapis, Trapas, trapes, Trappes, qui ne rappellent en rien *trebo-. En outre, l'évolution phonétique du [b] intervocalique de *TRĒBU se serait obligatoirement faite en [f] en finale en proto-français, c'est-à-dire *Tref (cf. latin trabs> ancien français tref « poutre ») et celle de *TRĒBAS se serait régulièrement faite en [v] en proto-français, c'est-à-dire *Trèves (cf. latin faba> français fève, latin probare> français prouver, etc.). C'est pourquoi de manière implicite, aucun spécialiste de la toponymie n'envisage une étymologie de Trappes par le gaulois *trebo-, c'est la même chose chez les spécialistes des langues celtiques qui n'évoquent le nom de Trappes à aucun moment.

Bien que le nom officiel de la commune soit Trappes qui possède son Bureau de change, selon l'Insee, la mairie communique parfois en utilisant le nom Trappes-en-Yvelines, marquant ainsi son attachement à la région naturelle de l'Yveline. La Boissière : « lieu couvert de buis » (ancienne ferme)

La Défonce : « lieu défriché » (ancienne ferme)

La Petite Défonce : « petit lieu défriché » (ancien hameau)

Le Désert : « lieu défriché » (ancien hameau)

Saint Georges : (paroisse)

Le maire est depuis 2001 Guy Malandain membre du parti socialiste, la liste qu'il a conduite lors des élections municipales a rassemblé, dès le premier tour le 9 mars 2008, 54,7 % des voix des Trappistes. La participation, historiquement faible sur la commune dans le cadre d'une élection municipale, a été de 46,72 % lors de ce scrutin.

La ville compte 925 hectares d’espaces verts publics, soit 298 m2 par habitant.

Un accès au Bureau de change pour changer les devises

Le Bois de Trappes : dans le parc régional de la Haute Vallée de Chevreuse, 450 hectares dans la forêt de Port-Royal, ancien domaine de chasse de Louis XIV, avec des voies forestières pour des promenades à pied, à vélo ou à cheval. Il abrite une flore et une faune diversifiée.

La sente de Bougainville176 : la sente de Bougainville, ou se croisent le végétal et le minéral, est un cheminement piétonnier de 1,5 km qui serpente et relie différents quartiers et équipements publics existants.

Le parc du Cèdre : aménagé par la famille Dailly au xviiie siècle, avec un cèdre, aujourd’hui, plus que centenaire. Cet espace est devenu public.

Le parc du Village : situé au cœur du village de Trappes, c'est le parc de l'ancien château, acquis par la ville dans les années 1970.

Le mail de l’Aqueduc : coulée verte qui couvre une rigole souterraine qui draine les eaux collectées dans la région pour l'étang de Saint-Quentin et les eaux du château de Versailles, liaison inter quartiers avec la base de loisirs et de plein air.

Le parc de la Plaine de Neauphle.

Le parc des Bateleurs.

L'étang de Trappes, ancien nom de l'étang de Saint-Quentin, la plus grande étendue d’eau des Yvelines, aujourd'hui aménagé en base de loisirs et de plein air177. Aujourd’hui, sa partie ouest est classée réserve naturelle, et sert de lieu d’hivernage à de nombreux oiseaux migrateurs. Plus de 230 espèces d'oiseaux peuplent les 90 hectares de la réserve.

Trappes est proche du parc naturel régional de la haute vallée de Chevreuse (5 km).

Trappes a obtenu, en 2011, le 1er prix du concours départemental des villes et villages fleuris ainsi que le prix spécial « Coup de cœur » du jury.

Bureau de change en Île-de-France

Département            Yvelines

Arrondissement       Versailles

Canton          Trappes

(bureau centralisateur)

Intercommunalité    Saint-Quentin-en-Yvelines

Maire

Mandat          Guy Malandain (PS)

2014-2020

Code postal  78190

Code commune       78621

Démographie

Gentilé           Trappistes

Population

municipale    32 584 hab. (2017 en augmentation de 9,44 % par rapport à 2012)

Densité          2 419 hab./km2

Géographie

Coordonnées           48° 46′ 39″ nord, 2° 00′ 09″ est

Altitude          Min. 143 m

Max. 174 m

Superficie     13,47 km2

Un Bureau de change est une entreprise du secteur des services financiers où les clients peuvent changer de l’ argent dans leurs locaux commerciaux . La monnaie étrangère apportée est échangée par les employés contre des billets de banque et / ou des pièces d’un autre pays - généralement domestique - aux taux de change proposés . Legal tender change de propriétaire. Les bureaux de change sont également reconnaissables aux termes largement utilisés Bureau de change (du français "échanger" = "exchange"), Exchange (de l'anglais) ou Cambio . Outre la principale activité d'échange de monnaie, il existe également des sociétés qui vendent ou vendent de l' or sous forme de pièces ou de lingots , ainsi que des activités de transfert financier. Le taux de change est le prix d' une devise. Les différents taux de change sont souvent notés dans les bureaux de change sur des tableaux d'affichage tabulaires, qui sont mis à jour de manière flexible au moyen d'un affichage numérique ou simplement d'une craie. Il y a toujours deux cours dont le nom vient toujours du point de vue du Bureau de change sur place :

D'autres définitions du terme "monnaie" sont traitées dans les articles synonymes respectifs: billet de banque , pièce de monnaie et monnaie . La dernière définition, [ clarification nécessaire ] relative aux systèmes monétaires des nations, est le sujet de cet article. Les monnaies peuvent être classées en deux systèmes monétaires : la monnaie fiduciaire et la monnaie marchandise , en fonction de ce qui garantit la valeur de la monnaie (l'économie dans son ensemble par rapport aux réserves de métaux physiques du gouvernement). Certaines monnaies ont cours légal dans certaines juridictions politiques. D'autres sont simplement échangés pour leur valeur économique. Monnaie numériqueest apparu avec la popularité des ordinateurs et de l’Internet.

Prix d'achat ou le prix d'achat (environ Écrasement avec « Nous achetons » ou « achat ») signifie que l'échange de devises dont la monnaie étrangère ( le « étranger » en fonction de leur emplacement) achète . C’est le prix déterminant pour les voyageurs qui souhaitent échanger leur monnaie nationale et qui ont apporté la monnaie nationale correspondante. L'échange de devises achète auprès d' eux pour un prix inférieur. En utilisant l'exemple d'un Bureau de change en Gambie (voir photo), vous obtenez pour un euro, le taux de change, 32,50 Dalasi distribués.

Le prix de vente (écrasé, par exemple, par "vendre" ou "vendre") signifie que le Bureau de change vend la monnaie étrangère correspondante . Il s'agit du taux auquel vous pouvez échanger le reste de votre devise dans votre devise d'origine après votre voyage. Pour rester avec l'exemple en Gambie (voir photo), il vous faudrait donner le change à 34,50 Dalasi, pour récupérer un euro.

Si le Bureau de change est situé dans le pays d'origine , la situation est exactement opposée: pour l'échange avant le voyage, le prix de vente est déterminant (le Bureau de change vend la devise étrangère). Après le voyage , le Bureau de change du pays d’origine rachète les devises apportées au prix d’achat le plus bas . Mais peu importe où se trouve le bureau de change, le prix d'achat est toujours inférieur au prix de vente. Les bureaux de change tirent profit de cette différence de prix: ils vendent des variétés à un prix supérieur à celui qu'ils ont acheté. En plus de la différence de prix, une commission peut être due - une taxe que le Bureau de change peut percevoir soit en pourcentage de la valeur d'échange, soit sous la forme d'une somme forfaitaire par échange effectué

Un échange de devise est l’ achat et la vente d’une monnaie autre que la sienne pour l’utiliser dans la zone géographique où elle est réglementée et utilisée de la même manière que la sienne. Par exemple, dans le pays de destination, en cas de voyage. Un échange de monnaie , en revanche, n'implique pas un mouvement physique de l'argent. Par exemple, un virement reçu en dollars est saisi sur le compte personnel dans la devise correspondante, en fonction du pays correspondant ( euros , pesos , soles , etc.). Habituellement, chaque pays a établi au moins une monnaie officielle sur son territoire, présentée sous différents moyens de paiement et ayant également cours légal . D'autre part, plusieurs pays peuvent: utiliser la même monnaie (dans le cas de l' euro avec les pays membres de l' Union monétaire européenne ou du Liechtenstein dans l'union monétaire avec la Suisse - avec le franc suisse ); adopter une devise étrangère comme unité monétaire légale: cas du Panama et de l’ Équateur (avec le dollar américain ), du Vatican , de Saint-Marin , de Monaco et d’ Andorre et, de facto , du Kosovo et du Monténégro (avec l'euro). Pour des raisons pratiques, une monnaie a généralement des subdivisions, légales ou traditionnelles: 1/1000 (les millimètres du dinar tunisien), 1/100 (les centimes de l'euro), 1/20, 1/10, 1/8, 1/4 (le quatrième dollar américain ), etc.