APS change

votre Bureau de change depuis 1992


Un bureau de change est une entreprise du secteur des services financiers où les clients peuvent changer de l’ argent dans leurs locaux commerciaux . La monnaie étrangère apportée est échangée par les employés contre des billets de banque et / ou des pièces d’un autre pays - généralement domestique - aux taux de change proposés . Legal tender change de propriétaire. Les bureaux de change sont également reconnaissables aux termes largement utilisés BUREAU DE CHANGE  (du français "échanger" = "exchange"), Exchange (de l'anglais) ou Cambio . Outre la principale activité d'échange de monnaie, il existe également des sociétés qui vendent ou vendent de l' or sous forme de pièces ou de lingots , ainsi que des activités de transfert financier. Le taux de change est le prix d' une devise. Les différents taux de change sont souvent notés dans les bureaux de change sur des tableaux d'affichage tabulaires, qui sont mis à jour de manière flexible au moyen d'un affichage numérique ou simplement d'une craie. Il y a toujours deux cours dont le nom vient toujours du point de vue du bureau de change sur place :

Prix d'achat ou le prix d'achat (environ Écrasement avec « Nous achetons » ou « achat ») signifie que l'échange de devises dont la monnaie étrangère ( le « étranger » en fonction de leur emplacement) achète . C’est le prix déterminant pour les voyageurs qui souhaitent échanger leur monnaie nationale et qui ont apporté la monnaie nationale correspondante. L'échange de devises achète auprès d' eux pour un prix inférieur. En utilisant l'exemple d'un bureau de change en Gambie (voir photo), vous obtenez pour un euro, le taux de change, 32,50 Dalasi distribués.

Le prix de vente (écrasé, par exemple, par "vendre" ou "vendre") signifie que le bureau de change vend la monnaie étrangère correspondante . Il s'agit du taux auquel vous pouvez échanger le reste de votre devise dans votre devise d'origine après votre voyage. Pour rester avec l'exemple en Gambie (voir photo), il vous faudrait donner le change à 34,50 Dalasi, pour récupérer un euro.

Si le bureau de change est situé dans le pays d'origine , la situation est exactement opposée: pour l'échange avant le voyage, le prix de vente est déterminant (le bureau de change vend la devise étrangère). Après le voyage , le bureau de change du pays d’origine rachète les devises apportées au prix d’achat le plus bas . Mais peu importe où se trouve le bureau de change, le prix d'achat est toujours inférieur au prix de vente. Les bureaux de change tirent profit de cette différence de prix: ils vendent des variétés à un prix supérieur à celui qu'ils ont acheté. En plus de la différence de prix, une commission peut être due - une taxe que le bureau de change peut percevoir soit en pourcentage de la valeur d'échange, soit sous la forme d'une somme forfaitaire par échange effectué.

La monnaie ou unité monétaire est une unité d'échange facilitant le transfert de biens et de services. Il est montré dans la forme de pièces métalliques, pièces de monnaie appelées - généralement rondes - ou des morceaux de papier, appelées factures ou monnaie de papier . Il est également présenté comme une " monnaie plastique " ( cartes de crédit ), telle que des talons, des chèques ou des billets à ordre, etc. Le terme devise désigne la devise du pays ou le marché monétaire auquel le pays appartient est appelé devise. En d’autres termes, le métal ou le papier-monnaie utilisé pour obtenir des biens, produits ou services dans le champ d’application duquel la banque centrale l’ a émis. On l'appelle monnaie , par contre, lorsqu'il s'agit d'une monnaie ou d'une unité de compte étrangère ou sous souveraineté extérieure vis-à-vis de la zone sous souveraineté propre où la monnaie circule et qui est utilisée principalement pour l'échange de biens et services entre pays. Selon la Banque d’Espagne et d’autres entités, il convient de ne pas confondre deux concepts:

Un échange de devise est l’ achat et la vente d’une monnaie autre que la sienne pour l’utiliser dans la zone géographique où elle est réglementée et utilisée de la même manière que la sienne. Par exemple, dans le pays de destination, en cas de voyage. Un échange de monnaie , en revanche, n'implique pas un mouvement physique de l'argent. Par exemple, un virement reçu en dollars est saisi sur le compte personnel dans la devise correspondante, en fonction du pays correspondant ( euros , pesos , soles , etc.). Habituellement, chaque pays a établi au moins une monnaie officielle sur son territoire, présentée sous différents moyens de paiement et ayant également cours légal . D'autre part, plusieurs pays peuvent: utiliser la même monnaie (dans le cas de l' euro avec les pays membres de l' Union monétaire européenne ou du Liechtenstein dans l'union monétaire avec la Suisse - avec le franc suisse ); adopter une devise étrangère comme unité monétaire légale: cas du Panama et de l’ Équateur (avec le dollar américain ), du Vatican , de Saint-Marin , de Monaco et d’ Andorre et, de facto , du Kosovo et du Monténégro (avec l'euro). Pour des raisons pratiques, une monnaie a généralement des subdivisions, légales ou traditionnelles: 1/1000 (les millimètres du dinar tunisien), 1/100 (les centimes de l'euro), 1/20, 1/10, 1/8, 1/4 (le quatrième dollar américain ), etc.

Maisons-Laffitte est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à 10 km environ au nord-est de Saint-Germain-en-Laye et à 18 km environ au nord-ouest de Paris. Ses habitants sont appelés les Mansonniens. Maisons-Laffitte est surnommée « cité du cheval », en raison de son importante activité équestre. Maisons-Laffitte se situe en bordure de Seine, sur la rive gauche du fleuve, et jouxte à l'ouest la forêt de Saint-Germain-en-Laye. Le territoire communal englobe également une partie d'une île de la Seine, l'île de la Commune. La commune est limitrophe des communes de Saint-Germain-en-Laye à l'ouest et au nord - ainsi que d'environ 800 mètres frontaliers d'Achères - et du Mesnil-le-Roi au sud. À l'est, elle est séparée par la Seine de Sartrouville et Cormeilles-en-Parisis. Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée in Mansionibus au début du ixe siècle, Mansionis villa au ixe siècle, Mansiones en 1136, Mesoniæ, Mesuns en 1187, Domus super Secanam et Mesons au xiiie siècle puis Maisons-sur-Seine.

 

Il s'agit d'une formation toponymique précoce du Moyen Âge (absence d'article défini), basée sur le gallo-roman MASIONE, au sens médiéval (dans les noms de lieux) de « maison importante », voire « château », mot qui a donné le français maison, attesté dès le xe siècle au sens de « bâtiment servant de logis, d'habitation, de demeure ». Le terme gallo-roman est issu du latin ma(n)sionem, accusatif de mansio « séjour, lieu de séjour, habitation, demeure, auberge ». Appelé Maisons-sur-Seine jusqu'en 1882, le déterminant complémentaire -Laffitte s'est substitué à -sur-Seine officiellement après l'urbanisation du parc du château par le banquier Jacques Laffitte (1767-1844).

Château de Maisons-Laffitte (1643).

Contemporains du château, plusieurs pavillons également de François Mansart : deux à l’entrée du parc de Maisons-Laffitte, encadrant les deux portes de Maisons-Laffitte, autrefois fermées par une grille. Deux autres un peu plus loin, très remaniés, dans le prolongement de l'avenue Albine. Un cinquième aux Caves du Nord, avenue Eglé, à une autre extrémité du parc.

Une "vieille église" des xie et xvie siècles, désaffectee en 1896, aujourd'hui centre d'exposition. La fontaine de Maisons-Laffitte, au village, à côté, datant du XVIIIe siecle.

Un prieuré bénédictin que la tradition fait remonter au xve siècle, dont survit la structure extérieure avec deux tours poivrières au bout de la rue du même nom, très remanie avant et après avoir longtemps servi d’école du village.

Les vestiges de la machine des eaux de Maisons-Laffitte sur le petit bras de la Seine. Elle a été construite vraisemblablement par François Mansart à la demande de René de Longueil pour alimenter son futur Château de Maisons en 1634. Détruit en 1885, il reste de nos jours que les trois culées en maçonnerie sur lesquelles reposait la machine. L'édifice est inscrit à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques en 1974