APS change

votre Bureau de change depuis 1992

Offres permanentes sur + de 50 devises



INFORMATION COVID-19

En raison de la COVID-19 les horaires d'ouvertures de nos agences risquent d'être perturbés et modifiés.

Merci de nous contacter par téléphone pour toute information afin de bénéficier de nos meilleures offres !


BUREAU DE CHANGE DU 20E ARRONDISSEMENT PARIS


Le 20e arrondissement est le dernier des vingt arrondissements de Paris. Situé sur la rive droite de la Seine, il est bordé au nord par le 19e arrondissement, à l'est par les communes des Lilas, de Bagnolet, de Montreuil et de Saint-Mandé, au sud par le 12e arrondissement, à l'ouest par le 11e. Aux termes de l'article R. 2512-1 du code général des collectivités territoriales (partie réglementaire), il porte également le nom d'« arrondissement de Ménilmontant », mais cette appellation est rarement employée dans la vie courante. Il est limité au Sud par le cours de Vincennes, à l'Ouest par les Bureau de change boulevards de Charonne, de Ménilmontant et de Belleville correspondants aux ancienne limites du mur des Fermiers généraux, au Nord par le Bureau de change rue de Belleville et l'Bureau de change avenue de la Porte-des-Lilas et à l'Est par les Bureau de change rues des Frères-Flavien, Évariste-Galois, Pierre-Soulié, Jean-Jaurès, avenues du Professeur-André-Lemierre, Benoît-Frachon, Léon-Gaumont, Bureau de change rue du Commandant-L'Herminier et l'Bureau de change avenue de la Porte-de-Vincennes. Il est limité au Sud par le cours de Vincennes, à l'Ouest par les Bureau de change boulevards de Charonne, de Ménilmontant et de Belleville correspondants aux ancienne limites du mur des Fermiers généraux, au Nord par le Bureau de change rue de Belleville et l'Bureau de change avenue de la Porte-des-Lilas et à l'Est par les Bureau de change rues des Frères-Flavien, Évariste-Galois, Pierre-Soulié, Jean-Jaurès, avenues du Professeur-André-Lemierre, Benoît-Frachon, Léon-Gaumont, Bureau de change rue du Commandant-L'Herminier et l'Bureau de change avenue de la Porte-de-Vincennes.

Historique

Le château de Ménilmontant, avec ses dépendances, absorbait le quart environ du 20e arrondissement actuel. Ce château était appelé au milieu du xviiie siècle le retrait Pompadour car la Marquise de Pompadour le possédait et y séjournait de temps en temps3. Dans un acte établissant la propriété d'un champ depuis 1768 on peut lire : « ... lopin de terre d'un quart d'arpent environ avec maisonnette, au lieu-dit les Montiboeufs, donné par Mme de Pompadour à Jeanne Mathurine Bécheux, gardeuse de moutons, pour lui faire une dot et qu'elle épouse son amoureux, Pierre Eustache Corterousse, nourrisseur à Charonne »3. Le parc de Ménilmontant était limité au Sud-Est par un autre domaine appelé le Mont-Louis et qui appartenait aux Pères Jésuites et qui est devenu le cimetière du Père-Lachaise. Le chemin des Partants séparait le parc de Ménilmontant du Mont-Louis3.

Au xviiie siècle, l'emBureau de change placement occupé par l'actuel 20e arrondissement était complété par la Ferme du Chanu, les vignobles des Panoyaux, et des Montiboeufs, le clos des Cendriers et les dépendances du parc du château de Saint-Fargeau dont le propriétaire était appelé, en raison de la vaste étendue de son domaine, Marquis de Carabas. Ces terrains, en grande partie, devinrent propriétés nationales, et furent achetés successivement par les fermiers ou domestiques des grands seigneurs qui les avaient possédés avant la Révolution. Le 20e arrondissement est créé en 1859, sous le Second Empire, par l'annexion à Paris d'une partie de l'ancienne commune de Belleville située au sud de le Bureau de change rue de Belleville — Ménilmontant inclus —, d'une petite partie de la commune de Saint-Mandé et de la quasi-intégralité de l'ancienne commune de Charonne.

Comme chaque arrondissement parisien, le 20e est divisé en quatre Bureau de change de Quartiers administratifs, disposant anciennement chacun d'un commissariat de police :

Bureau de change de Quartier de Belleville (77e Bureau de change de Quartier de Paris)

Bureau de change de Quartier Saint-Fargeau (78e Bureau de change de Quartier de Paris)

Bureau de change de Quartier du Père-Lachaise (79e Bureau de change de Quartier de Paris)

Bureau de change de Quartier de Charonne (80e Bureau de change de Quartier de Paris)

L'ancien village de Ménilmontant correspond à une partie des Bureau de change de Quartiers de Belleville et Saint-Fargeau.

Bureau de change avenue Gambetta

Bureau de change boulevard de Charonne

Bureau de change boulevard Davout

Bureau de change boulevard de Ménilmontant

Bureau de change boulevard Mortier

cours de Vincennes

Bureau de change place Gambetta

Bureau de change place Édith-Piaf

Bureau de change place de la Réunion

porte de Vincennes

Bureau de change rue Achille

Bureau de change rue d'Avron

Bureau de change rue de Bagnolet

Bureau de change rue Belgrand

Bureau de change rue de Belleville

Bureau de change rue de la Bidassoa

Bureau de change rue de Charonne

Bureau de change rue Alexandre-Dumas

Bureau de change rue des Gâtines

Bureau de change rue des Grands-Champs

Bureau de change rue des Orteaux

Bureau de change rue de Ménilmontant

Bureau de change rue du Pressoir

Bureau de change rue des Pyrénées

Bureau de change rue du Repos

Bureau de change rue Saint-Fargeau

Bureau de change rue Villiers-de-l'Isle-Adam

Bureau de change rue du Volga

Cimetière du Père-Lachaise

Église Notre-Dame-de-la-Croix

Église Saint-Germain de Charonne, cimetière de Charonne

Cimetière de Belleville

Pavillon Carré de Baudouin

Dispensaire Jouye-Rouve-et-Tanies, 190, Bureau de change rue des Pyrénées et Bureau de change rue Stendhal, par l'architecte Louis Bonnier

L'arrondissement comprend 19 stations et est desservi par 6 lignes de métro, dont une, la (M) (3bis), qui est entièrement comprise dans l'arrondissement :

(M) (1) (Porte de Vincennes).

(M) (2) (Belleville, Couronnes, Ménilmontant, Père Lachaise, Philippe Auguste, Alexandre Dumas et Avron).

(M) (3) (Père Lachaise, Gambetta et Porte de Bagnolet).

(M) (3bis) (Gambetta, Pelleport, Saint-Fargeau et Porte des Lilas).

(M) (9) (Buzenval, Maraîchers et Porte de Montreuil).

(M) (11) (Belleville, Pyrénées, Jourdain, Télégraphe et Porte des Lilas). 

Bureau de change

Bureau de change de Quartiers

administratifs           Belleville (77)

Saint-Fargeau (78)

Père-Lachaise (79)

Charonne (80)

Maire

Mandat          Frédérique Calandra

2014 - 2020

Code postal  75020

Code Insee    75120

Démographie

Population    196 739 hab. (20171)

Densité          32 899 hab./km2

Géographie

Coordonnées            48° 51′ 54″ nord, 2° 23′ 57″ est

Altitude         Min. 50 m

Max. 127 m

Superficie      5,98 km2

Le mécanisme de change européen ( MCE ) est un système mis en place par la Communauté économique européenne , le 13 Mars 1979 dans le cadre du Système monétaire européen (SME), afin de réduire le taux de change variabilité et assurer la stabilité monétaire en Europe, en vue de l' économie et L’Union monétaire et l’introduction d’une monnaie unique , l’ euro , le 1 er janvier 1999. Après l’adoption de l’euro, la politique a été modifiée pour relier les monnaies des pays de l’UE ne faisant pas partie de la zone euro à l’euro (la monnaie commune étant le point central). L’objectif était d’améliorer la stabilité de ces monnaies et de mettre en place un mécanisme d’évaluation des membres potentiels de la zone euro. Ce mécanisme est connu sous le nom de MCE II et a remplacé le MCE. Actuellement, le MCE II, une seule devise, est la couronne danoise. Le taux de change est le prix d' une devise exprimé dans une autre devise. Le marché sur lequel ce prix est formé est le marché des changes. Le taux de change est économiquement significatif, par exemple parce qu’il influe sur la compétitivité internationale d’ une zone monétaire (voir Mécanisme de taux de change ). Pour les entreprises et les investisseurs , les variations de taux de change posent un risque ( incertitude du taux de change ) lorsque les expositions sont libellées dans une devise étrangère. Fondamentalement, le taux de change nominal indique le rapport entre la monnaie d’un pays et la monnaie d’un autre pays. Le taux de change nominal peut être exprimé en quantité ou en prix. La citation ( citation indirecte ), le taux de change au sens étroit, indique le prix d'une unité de la monnaie nationale en unités de la devise étrangère (sur l'exemple de l'Europe et des États-Unis du point de vue européen: dollar pour un euro). En revanche, le devis ( devis direct) ou le "taux de change" le prix d’une unité de la devise étrangère dans des unités de la monnaie nationale (euro par dollar du point de vue européen). La cotation de prix est donc par définition l' inverse de la cotation de quantité. Dans la zone euro, en Grande-Bretagne, en Australie et en Nouvelle-Zélande, la majorité des citations sont utilisées aujourd'hui, alors que la citation de prix est courante, en particulier en Suisse. Dans la zone euro , le prix indiqué était commun au lancement de l' euro. Le taux de change réel est le rapport auquel un panier représentatif d' un pays peut être échangé contre un panier représentatif d'un autre pays. Le taux de change réel est donc défini comme un indice, de sorte que sa valeur absolue n'a pas de signification. Ce n'est qu'en examinant les taux de changement dans le temps que vous pourrez obtenir des informations importantes. Les taux de changement montrent l'évolution du pouvoir d'achat d'un pays.

Bien que l'appréciation réelle d'une monnaie soit caractérisée par un pouvoir d'achat accru de l'étranger (également appelé amélioration des termes de l'échange ), elle réduit également la compétitivité de l'économie nationale. Le taux de change peut être défini comme le nombre d'unités de devise étrangères pouvant être achetées avec une unité de devise nationale. Il est déterminé par la valeur marchande des différentes devises sur le marché international. De nombreuses banques centrales publient la valeur de leur monnaie sur les marchés mondiaux, une fois par jour et sur la base des prix du marché. Le taux de change nominal doit, à toutes fins pratiques, être compris comme le " prix " d’une devise par rapport à une autre devise (une monnaie peut en fait être considérée comme un actif, dans la mesure où elle offre au détenteur un "service", ou la possibilité acheter des biens ou des valeurs mobilières négociés uniquement dans cette monnaie); comme il arrive pour tout bien, le prix d'une devise (taux de change nominal) subit des changements dus aux changements affectant la demande et l' offre: les banques centrales peuvent en partie influencer le taux de change en "achetant" ou en "vendant" de la monnaie étrangère (et en conséquence "en vendant" ou en "achetant" de la monnaie nationale), afin de réaliser des objectifs de politique économique et monétaire spécifiques; le reste de la demande et de l'offre est constitué par les autres opérateurs qui "proposent" la monnaie nationale et "demandent" en échange de devises (ou "offrent" en devises et "demandent" en contrepartie), pour des raisons liées à à:

le commerce ( importations et exportations ), y compris le tourisme (le tourisme implique en fait l'importation de biens par le touriste ou, en conséquence, l'exportation de biens du pays qui reçoit le touriste);

investissements financiers (par exemple: achat de bons du Trésor étrangers);

activités spéculatives sur les taux de change (opérations d’achat et de vente de devises dans le seul but de gagner de l’argent grâce à une éventuelle modification des taux de change dans le temps).

Il est également important de souligner qu'un taux de change nominal supérieur à la parité ne confère pas nécessairement un avantage pour les importations (ou les achats effectués à l'étranger dans le contexte du tourisme); il est nécessaire de prendre en compte le taux de change réel, qui prend également en compte les différents niveaux de prix générauxdans les deux pays considérés. Prenons un exemple: le taux de change nominal euro / dollar est égal à 1,15 (1 000 dollars ne coûtent "que" 869 euros); supposons que le seul bien existant au monde soit constitué d'oranges (de manière à pouvoir raisonner en termes de prix d'oranges dans les deux pays et non en termes de niveau de prix général); nous supposons également qu'en Italie les oranges coûtent 1 euro, tandis qu'aux États-Unis, 2 dollars (les oranges vendues en Italie et celles vendues aux États-Unis appartiennent à deux marchésdifférent); en Italie, je pouvais acheter 869 oranges (avec 869 euros), tandis qu'aux États-Unis, avec 1 000 dollars (obtenus en échange de mes 869 euros), je ne pouvais acheter que 500 oranges; la conclusion est que, dans ce cas particulier, le changement nominal semble être favorable à ceux qui résident en Italie, mais que le taux de change réel (celui qui intéresse réellement l'agent économique) est défavorable. Il est possible de calculer le taux de change entre deux devises ( A et B ) également indirectement. Lorsque le taux de change des deux monnaies par rapport à une troisième devise est disponible ( D ), il est possible d'identifier le taux de change entre les deux monnaies en calculant le rapport entre les taux de change respectifs des deux monnaies avec la troisième. Le taux de change peut être laissé libre de varier sur les marchés, avec ou sans limites au-delà desquelles la Banque centrale intervient pour la défense de la monnaie nationale ou dans un régime de taux de change fixe, par exemple un régime de caisse d'émission .

Un régime de taux de change fixe lie les opérations d'open market au maintien d'un taux de change avec une mesure de référence, qui peut être une réserve ou une autre devise.