APS change

votre Bureau de change depuis 1992


BUREAU DE CHANGE À GENNEVILLIERS

Bureau de change à Gennevilliers

Gennevilliers possède un bureau de change. C’est une commune française située dans le département des Hauts-de-Seine en région Île-de-France, au nord-ouest de Paris. Située dans une boucle de la Seine, c'est le site du plus important port fluvial de la région parisienne. La commune de Gennevilliers est située au nord-ouest de Paris dans le département des Hauts-de-Seine. Elle est limitrophe d'Asnières-sur-Seine, Colombes, et Villeneuve-la-Garenne. Située sur la Seine elle partage également des limites de commune sur celle-ci avec les villes d'Argenteuil, d'Épinay-sur-Seine, de l'île Saint-Denis, et de Saint-Ouen. La superficie de la commune est de 1 164 hectares ; l'altitude varie de 21 à 33 mètres.

La plaine de la presqu’île de Gennevilliers est sablonneuse et plate. Située dans le lit majeur de la Seine, pendant des millénaires celle-ci a déposé dans ce méandre une épaisse couche de galets, graviers, et sables. L'essor des constructions en béton de ciment durant le xxe siècle, très consommatrice de ces granulats, trouva dans cette plaine alluvionnaire, non bâtie et au cœur de l'agglomération parisienne, un gisement de matériaux idéal. Les carrières se multiplièrent rapidement et au fur et à mesure de l'exploitation les parties fouillées étaient remblayées. Les tombereaux tirés par des chevaux, puis rapidement des norias de camions automobiles, déversaient des gravats qui venaient parfois de loin (de Paris mais également de banlieues très éloignées), pendant que d'autres partaient livrer les chantiers de construction. Il en existait une à l’extrémité de l’actuel parc des Sévines dont l’entrée se trouvait à l’angle de la rue des Cabœufs et de l’avenue Laurent Cély, une au bout de l’avenue des Grésillons (d’où le nom donné au quartier adjacent) au no 195 (carrières Rossignol), une autre avenue du pont de Saint-Ouen (carrières Couton), une autre 92 Avenue Général de Gaulle (où furent tournées plusieurs scènes du film Gas-Oil), etc. Gennevilliers se trouve au croisement de deux autoroutes, l'A15 et l'A86. La RN315 assure le prolongement de l'A15 jusqu'au pont de Gennevilliers, avec notamment une partie souterraine et une seconde semi-enterrée.

Transport ferroviaire :

La commune est desservie par deux gares de la ligne C du RER :

Gennevilliers ;

Les Grésillons.

Elle a également sur son territoire plusieurs stations de la ligne 13 du métro de Paris : Gabriel Péri, ouverte en 1980, Les Agnettes et Les Courtilles, ouvertes en 2008. Une station supplémentaire, Port de Gennevilliers, doit être ouverte en deuxième phase du prolongement de 2008.

Le 15 novembre 2012 le prolongement de la ligne 1 du tramway d'Île-de-France de la gare de Saint-Denis à la station de métro Les Courtilles, a été rendu effectif avec sept stations desservant la ville. À plus long terme est envisagé un nouveau prolongement de la ligne T1 pour un raccordement à la ligne T2 : de Saint-Denis à la Défense en passant par Gennevilliers et Colombes.

Du port de Gennevilliers, il y a un faisceau ferroviaire électrifié de 750 m directement raccordé au réseau ferré et la gare du Stade.

Transport routier : Sur les communes de Gennevilliers et Villeneuve-la-Garenne se situe l’échangeur autoroutier entre l’A86 (super-périphérique parisien) et l’A15. Les autoroutes A1, A13 et A14 sont également à proximité. Bus et navette du port se connectent au réseau RATP. La commune est desservie par les bus 54 137 138 140 166 177 178 235 238 261 276 304 340 366 378 Bus du Port RiverPlaza.

Transport fluvial et maritime : Convois jusqu’à 5 000 t sur la Seine aval et 3 000 t sur l’amont et l’Oise. Lignes fluviales régulières de conteneurs Le Havre-Rouen-Gennevilliers avec quatre rotations par semaine. Caboteurs fluvio-maritimes jusqu’à 2 600 t de port en lourd sans rupture de charge en trafic international.

Oléoduc : Point d’arrivée des raffineries de la Basse-Seine et point de connexion des réseaux autour de Paris.

L’Insee découpe la commune en cinq « grands quartiers » soit Luth, Fossé de l’Aumone, Agnettes, Grésillons, Village Chandon, eux-mêmes découpés en 19 îlots regroupés pour l'information statistique.

La ville de Gennevilliers ne possède pas de véritable centre-ville. Un projet est en cours et les travaux devraient débuter prochainement afin de faire du quartier de la Mairie le centre-ville (esplanade, commerces).

La ville est divisée en plusieurs quartiers :

La place Jean Grandel après les travaux

Le Village (vieux Gennevilliers) qui correspond au village d'origine autour de son église. On peut y voir l'ancienne mairie de Gennevilliers. Le tramway dessert le quartier depuis le 15 novembre 20123 avec deux stations différentes, Timbaud et Village. En juin de cette même année, la réhabilitation de la Place Jean Grandel a permis de mettre fin à l'utilisation de cette dernière comme parking à ciel ouvert et de la transformer en place d'agrément. Une fontaine y a été installée.

Le Luth est un quartier situé au Nord de la ville et qui correspond à l'urbanisation massive de la ville dans les années 1950/1970. Il est actuellement en pleine restructuration. Il a fait l’objet d'un documentaire par Canal + en 1989. Le quartier accueille également l'Espace culturel Aimé Césaire dont l'architecte est Rudy Ricciotti4.

La Cité-jardin (1923-1934) : elle fait partie de la quinzaine de cités-jardins construites dans l’entre-deux-guerres par l'Office HBM de la Seine, dirigé alors par Henri Sellier. 237 pavillons individuels et 186 logements en immeubles sont conçus par les architectes Ernest-Michel Ebrard et Félix Dumail. C’est un des quartiers les plus agréables[réf. nécessaire] de Gennevilliers. On y trouve notamment l'antenne locale de la Croix-Rouge française, ainsi que le cinéma Jean Vigo.

Le Fossé de l'Aumône et Les Chevrins.

Les Agnettes est un quartier qui a connu une pleine expansion dans les années 1960/1970 et qui fait l'objet d'un vaste projet de requalification urbaine (via l'ANRU) depuis 2012 visant à l'ouvrir sur la ville et sur le nouvel éco-quartier voisin. On y trouve notamment l’hôtel de ville et la tour administrative (19 étages), la bibliothèque centrale Rabelais, la salle des fêtes et le centre commercial. En 2015 le conservatoire de musique Edgar Varèse a été totalement réhabilité (portant sa capacité d'accueil à 1500 élèves et 45 salles dont plusieurs studios5). Ces travaux s'inscrivent dans une démarche plus globale de création d'un centre-ville identifié.

Les Grésillons et Chandon-Brenu. Les Grésillons est un quartier limitrophe avec le quartier d’Asnières-sur-Seine du même nom. C’est un quartier en plein renouveau, comme son voisin Chandon-Brenu. Les anciennes usines (Chausson) laissent la place à des constructions modernes et à taille humaine, avec des avenues aérées plantées d'arbres et de nouveaux immeubles de bureau, dont celui de Prisma Media. Le Théâtre de Gennevilliers (Centre dramatique national de Gennevilliers) est installé sur l'avenue des Grésillons, dans un bâtiment construit dans les années 1930, non loin des moyens de transport. On trouve également dans le quartier le lycée Galilée et l'église Saint-Jean des Grésillons, au bord de la coulée verte Missak-Manouchian.

Le Petit Gennevilliers : on trouve dans ce quartier le pont d'Argenteuil et le pont de Colombes. Pendant le Second Empire, de belles villas y sont construites ainsi que des chantiers de constructions navales sur cette berge, alors appelée quai d’Argenteuil, car située juste en face d’Argenteuil. L’arrivée du chemin de fer en 1851, permet aux Parisiens de venir profiter des joies de la campagne et du canotage car à cet endroit la Seine est profonde et large. Des restaurants, guinguettes, marchands de vin et autres lieux conviviaux s’implantent le long des berges de la Seine. La crue de 1910 n’épargne pas le Petit Gennevilliers. L’installation de Gustave Caillebotte en 1881 bouleversera la physionomie du quartier (voir histoire industrielle en dessous). Ce quartier est désormais une zone industrielle. Le quai du Petit Gennevilliers garde le souvenir de ce quartier champêtre.

À noter que les deux tiers de l'espace communal sont occupés par la zone industrielle et le Port de Gennevilliers.

Bureau de change en Île-de-France

Bureau de change dans les Hauts-de-Seine

Arrondissement       Nanterre

Bureau de change Gennevilliers

(bureau centralisateur)

Intercommunalité    Métropole du Grand Paris

EPT Boucle Nord de Seine

Maire

Mandat Patrice Leclerc

2014-2020

Code postal  92230

Code commune       92036

Démographie

Gentilé           Gennevillois

Population

municipale   46 653 hab. (2016 en augmentation de 11,26 % par rapport à 2011)

Densité          4 008 hab./km2

Géographie

Coordonnées            48° 56′ 00″ nord, 2° 18′ 00″ est

Altitude         Min. 21 m

Max. 33 m

Superficie      11,64 km2

Le mécanisme de change européen (MCE) est un système mis en place par la Communauté économique européenne , le 13 Mars 1979 dans le cadre du Système monétaire européen (SME), afin de réduire le taux de change variabilité et assurer la stabilité monétaire en Europe, en vue de l' économie et L’Union monétaire et l’introduction d’une monnaie unique , l’ euro , le 1 er janvier 1999. Après l’adoption de l’euro, la politique a été modifiée pour relier les monnaies des pays de l’UE ne faisant pas partie de la zone euro à l’euro (la monnaie commune étant le point central). L’objectif était d’améliorer la stabilité de ces monnaies et de mettre en place un mécanisme d’évaluation des membres potentiels de la zone euro. Ce mécanisme est connu sous le nom de MCE II et a remplacé le MCE. Actuellement, le MCE II, une seule devise, est la couronne danoise. Le taux de change est le prix d' une devise exprimé dans une autre devise. Le marché sur lequel ce prix est formé est le marché des changes. Le taux de change est économiquement significatif, par exemple parce qu’il influe sur la compétitivité internationale d’ une zone monétaire (voir Mécanisme de taux de change). Pour les entreprises et les investisseurs , les variations de taux de change posent un risque (incertitude du taux de change) lorsque les expositions sont libellées dans une devise étrangère. Fondamentalement, le taux de change nominal indique le rapport entre la monnaie d’un pays et la monnaie d’un autre pays. Le taux de change nominal peut être exprimé en quantité ou en prix. La citation (citation indirecte), le taux de change au sens étroit, indique le prix d'une unité de la monnaie nationale en unités de la devise étrangère (sur l'exemple de l'Europe et des États-Unis du point de vue européen: dollar pour un euro). En revanche, le devis (devis direct) ou le "taux de change" le prix d’une unité de la devise étrangère dans des unités de la monnaie nationale (euro par dollar du point de vue européen). La cotation de prix est donc par définition l' inverse de la cotation de quantité. Dans la zone euro, en Grande-Bretagne, en Australie et en Nouvelle-Zélande, la majorité des citations sont utilisées aujourd'hui, alors que la citation de prix est courante, en particulier en Suisse. Dans la zone euro , le prix indiqué était commun au lancement de l' euro. Le taux de change réel est le rapport auquel un panier représentatif d'un pays peut être échangé contre un panier représentatif d'un autre pays. Le taux de change réel est donc défini comme un indice, de sorte que sa valeur absolue n'a pas de signification. Ce n'est qu'en examinant les taux de changement dans le temps que vous pourrez obtenir des informations importantes. Les taux de changement montrent l'évolution du pouvoir d'achat d'un pays.

Bien que l'appréciation réelle d'une monnaie soit caractérisée par un pouvoir d'achat accru de l'étranger (également appelé amélioration des termes de l'échange), elle réduit également la compétitivité de l'économie nationale. Le taux de change peut être défini comme le nombre d'unités de devise étrangères pouvant être achetées avec une unité de devise nationale. Il est déterminé par la valeur marchande des différentes devises sur le marché international. De nombreuses banques centrales publient la valeur de leur monnaie sur les marchés mondiaux, une fois par jour et sur la base des prix du marché.