APS change

votre Bureau de change depuis 1992

FOIRE AUX QUESTIONS


Questions générales

  • Que penser des convertisseurs automatiques permettant de simuler les transactions qui sont parfois proposés sur certains sites ?

Il faut manier cet outil avec précaution. La particularité du CHANGE DE DEVISE c'est que le niveau des monnaies et des cours est en perpetuel changement. Avant même la cloture des bourses europennes, le marché américain prend le relais, pour ensuite laisser sa place au petit matin aux marchés asiatiques. C'est la loi des décalages horaires, qui a pour conséquence ces mouvement constants de hausse et de baisse. Les outils actuels de simulation ne pemettent pas la mise à jour en direct des simulateurs. La fixation d'un cours par téléphone avant toute démarche auprès d'un établissement de change est le plus sûr moyen de passer un accord ferme, net de frais et de commission, pour une quantité donnée réellement et pas virtuellement disponible.
 

Les frais et commissions de change

 
  • Est-ce qu'il y a des frais ou commissions sur les opérations de change ?

Absolument pas; les cours annoncés par nos cambistes sont nets de frais et de charges. Les cours peuvent-être fixés par téléphone et sont alors garantis pour une période donnée.

La réservation à l'avance peut se faire par mail ou par téléphone.(01 45 72 42 62).
 

Recevoir des devises par courrier

 
  • Est-il possible de se faire livrer ou de recevoir des devises par courrier ?
Oui. Nous pouvons assurer l'expedition dans toute la France des devises ou traveler-cheques par courrier. A réception de votre réglement nous vous adresserons vos devises par courrier sécurisé.

Une livraison sous 24 heures est également possible sur Paris. Pour plus de détail appelez au 01 45 72 42 62.
 
  • Peut-on échanger le franc CFA ?
 

Oui. Nous changeons le franc CFA (Afrique de l'Ouest et Afrique Centrale)dans nos agences parisiennes.

 

  • Qu'est-ce qu'une crise monétaire ?

Une crise monétaire ou crise des changes est une crise économique qui touche la monnaie d’un pays ou d'un ensemble de pays. Le taux de change de cette monnaie connaît alors de forte variation par rapport aux autres devises. Les conséquences sur la situation économique du ou des pays concerné(s) peuvent être graves, par exemple dans le cas d'une crise de confiance où c'est la fuite des investisseurs qui a provoqué la crise monétaire.

  • Qu'est-ce qu'une crise financière ?

Le terme crise financière s'emploie pour désigner un ensemble assez large qui inclut notamment1 les crises du change, les crises bancaires et les crises boursières, récurrentes dans l'histoire boursière. Mais le terme est également utilisé pour désigner les crises de la dette publique ou des crises qui affectent un marché à terme, voire un marché de produit agricole, comme celui touché au XVIIe siècle aux Pays-Bas par la tulipomanie. Une crise financière peut concerner seulement quelques pays, ou, initiée dans un pays, peut s’étendre par contagion et devenir internationale et ralentit ainsi l'économie mondiale. Si une crise financière ne concerne dans un premier temps que les marchés financiers, son aggravation conduira à des effets néfastes sur le reste de l'économie, entraînant une crise économique, voire une récession. Ces effets sont généralement un resserrement du crédit et donc une baisse de l'investissement, une crise de confiance des ménages.

L'un des plus grands historiens de la finance, l'économiste américain Charles Kindleberger, a dressé l'inventaire des crises financières depuis le XVIIe siècle, dans "Une histoire de la finance". Selon lui, le cycle financier se déroule en cinq phases: essor, engouement et emballement, peur et désordre, consolidation, redressement.

  • Liste des crises monétaires et financières

Voici, ci-dessous, un ensemble de tableaux récapitulant les crises ayant durablement atteint le monde économique ou financier. On peut constater que leur nombre a explosé depuis 1971, année considérée comme le point de départ d'un ensemble d'évènements qui va engendrer la période d'instabilité financière mondiale que nous connaissons aujourd'hui. Cette instabilité est due à un nombre réduit de facteurs qui a contribué à bouleverser l'économie mondiale entre 1971 et les années 1990 :

    Un abandon du système de référence du Gold Exchange Standard et de la suprématie du dollar :
        1971 : abandon du système du Gold Exchange Standard (qui avait remplacé l'étalon OR en 1931. Le Gold Exchange Standard continuait d'assurer une stabilité du cours des monnaies en les référençant toutes par rapport au dollar US. mais avait rendu précaire la convertibilité métallique du dollar) Première dévaluation du dollar US.
        1973 : Flottement généralisé du cours des monnaies à la suite de l'abandon du dollar comme monnaie de référence en 1971. Deuxième dévaluation du dollar US qui n'est définitivement plus reconnu comme une monnaie forte de référence et continue à se déprécier jusqu'en 1979.
        1976 : institutionnalisation du flottement généralisé des monnaies lors des Accords de la Jamaïque.

Ensuite, d'autres facteurs vinrent se greffer à la fin de la reconnaissance des États-Unis comme économie-monde financière :

    Le début d'une mondialisation financière favorisée par la montée en puissance des investissements dans le finance :
        1979 : mise en place d'une politique monétaire restrictive aux États-Unis avec des taux d'intérêts élevés et excitant l'appétit d'investisseurs, prêts à placer des fonds sur les marchés financiers.
        1975-1981 : afflux de nouveaux capitaux sur le marché américain en crise issus des revenus du pétrole dans les pays de l'OPEP : les pétrodollars. On voit le début d'une mondialisation financière.
        Années 1980-90 : poursuite du phénomène de mondialisation créé par la circulation généralisée des capitaux et par l'amélioration des NTIC. Entrée progressive des capitaux chinois (à partir de 1978) et de l'ex-URSS sur le marché mondial.
    L'importance accordée aux marchés financiers par les politiques menées dans les grandes puissances occidentales :
        1979-1992 : émergence des politiques néolibérales appliquant la politique des* 3D (déréglementation, désintermédiation, décloisonnement) favorable à l'épanouissement des marchés financiers au Royaume-Uni et aux États-Unis sous les règnes de Ronald Reagan, Margaret Thatcher, George Herbert Bush et John Major.
        1986 : « Big Bang » à la bourse de Londres. Application des 3D.

etc...